10.10

TIMAC AGRO Swiss : une ferme pilote au service de notre filiale

Notre filiale suisse s’associe cette année à la dynamique d’un nouveau pôle sur le site... Voir l'article

Notre filiale suisse s’associe cette année à la dynamique d’un nouveau pôle sur le site de St-Aubin à Fribourg. La capitale de 38 500 habitants souhaite en faire un grand pôle agroalimentaire, dédié aux innovations et à la mutualisation des connaissances. Pour cela, sont concentrées start-up et grandes entreprises. Pour notre filiale suisse, dont le siège est basé à Zurich, cette implantation présente de nombreux intérêts.

Un nouvel outil commercial

Un espace de 120 ha est dédié à ce pôle, ainsi que 6 500 m2 de bureaux, laboratoires et 100 ha de surfaces agricoles. Profiter d’un partenariat exclusif avec l’exploitation agricole placée en son centre et y intégrer des parcelles consacrées à nos protocoles est un moyen d’affirmer notre engagement pour l’innovation. Des institutions fédérales actives dans le milieu agricole comme Agroscope (institut pour la recherche agronomique suisse) ou FIBL (institut de recherche en agriculture biologique) suivront également les activités du nouveau pôle.

Cette ferme pilote permet de prouver à tous les agriculteurs suisses que nos solutions sont profitables économiquement et amélioreront la rentabilité de leur exploitation. Aurélien Roger, Directeur TIMAC AGRO Swiss.

Voir loin pour préparer l’avenir

Si notre filiale investit des locaux dans cette ferme pilote, c’est non seulement pour tester nos solutions et assurer un lien étroit avec les experts du CMI Roullier, mais également pour saisir l’opportunité de s’adresser à de futurs clients et partenaires. Fenaco, coopérative agricole suisse présente sur ce pôle, touche 22 000 agriculteurs sur le territoire. « Nos clients finaux sont soucieux du retour de leurs investissements et nous pouvons, grâce aux essais grandeur nature, les rassurer et les accompagner », a précisé Aurélien Roger.

20.09

Nutryfert : un projet récompensé pour sa valorisation des déchets organiques

Nutryfert a reçu, en Juin 2019, le prix « Food Chain Accesit » lors du... Voir l'article

Nutryfert a reçu, en Juin 2019, le prix « Food Chain Accesit » lors du Gala SciencEkaitza organisé à Baluarte, en Espagne. Plus de 1500 participants étaient réunis pour assister à la deuxième édition du concours scientifique, organisé par la société de technologie ADItech. Le gouvernement de Navarre participe à cette collaboration qui récompense les idées les plus innovantes pour transformer la société et l’économie. C’est à cette occasion que Nutryfert a été récompensé pour sa technologie permettant de recycler les minéraux des déchets organiques.

L’enjeu de la valorisation des déchets organiques dans l’économie circulaire

L’UE produit actuellement plus de 90 millions de déchets organiques contenant en moyenne au minimum 20% du total des nutriments minéraux consommés sous forme d’engrais minéraux dans la production agricole. Cependant, seulement 15% de ces déchets sont utilisés comme amendements organiques et pratiquement aucune de leur teneur en minéraux ne peut être intégrée dans la fabrication d’engrais granulés en raison de contraintes environnementales, sanitaires et techniques.

Le modèle de l’économie circulaire donne une place toute particulière au déchet qui n’est plus seulement un problème à traiter mais devient une ressource nouvelle. Pour accompagner cette mutation, le directeur du projet Nutryfert et conseiller scientifique de TIMAC AGRO et du CMI Roullier, José María García-Mina, a expliqué que la recherche développe une nouvelle technologie permettant de transformer ces déchets en “matière première propre, contenant des nutriments minéraux assimilables pour les cultures et pouvant être utilisées dans la granulation des engrais minéraux. ”

 

 

Nutryfert : fruit d’un consortium

La recherche et le développement de la technologie sont effectués par des scientifiques du groupe  BACH (groupe de chimie biologique et agricole) de l’Université de Navarre (UNAV) en partenariat avec TIMAC AGRO España et le CMI Roullier. Des essais sur le terrain seront réalisés par l’INTIA (Institut Navarro des technologies et infrastructures agroalimentaires). Les premiers résultats sont très encourageants.

«Nous avons pu identifier des gènes liés à la meilleure utilisation de certains nutriments comme le fer et le phosphore », déclare Monsieur García-Mina.

Ensemble, ils ont mis au point la technologie Nutryfert permettant de fabriquer de nouveaux engrais, en recyclant les minéraux contenus dans les déchets agricoles (produits par les productions végétales et animales).

En optimisant les ressources minérales des déchets organiques, Nutryfert s’inscrit ainsi dans la transition écologique vers une agriculture durable.

 

MARTA FUENTES, ÁNGEL ZAMARREÑO, ÓSCAR URRUTIA, JOSÉ MARÍA GARCÍA-MINA AND JAVIER ERRO.

 

Marta Fuentes, Ángel Zamarreño, Óscar Urrutia, José María García-Mina et Javier Erro.

23.08

Les clients de TIMAC AGRO Brasil sont pour la 5ème fois les champions du rendement

Le Concours du rendement maximal de soja démontre à nouveau l’efficacité et l’originalité des fertilisants... Voir l'article

Le Concours du rendement maximal de soja démontre à nouveau l’efficacité et l’originalité des fertilisants TIMAC AGRO.

Une fois de plus, les clients de TIMAC AGRO Brasil arrivent en tête du Concours du rendement maximal de soja. Le producteur Rafael Tolotti, de la région Sud, champion de la catégorie « sans irrigation », a atteint un rendement de 123,50 sacs à l’hectare (7,4 t/ha), tandis que João Antônio Gorgen, vainqueur des régions Nord/Nord-Est, a atteint 96,89 sacs à l’hectare (5,8 t/ha).

D’année en année, les solutions de TIMAC AGRO ont permis aux producteurs d’améliorer leurs records de productivité. La marque compte pour la cinquième fois parmi les vainqueurs du concours.  Les champions de la récolte 2018/2019 ont utilisé des technologies telles que NP Plus, TOP-PHOS, Fertileader et PROGEN Detox BR pour protéger et subvenir aux besoins de leurs plantations. Le résultat est là, ils ont quasiment doublé leur rendement. « Avant d’utiliser les produits TIMAC, notre rendement était de 70 sacs à l’hectare (4,2 t/ha) », explique l’actuel champion de la catégorie « sans irrigation ».

Pour Tolotti, le résultat du Concours du rendement maximal du soja réaffirme l’efficacité des produits TIMAC et du service délivré par l’équipe technique de TIMAC AGRO : « l’utilisation des produits TIMAC facilite notre travail, car une fertilisation efficace nous permet de travailler plus sereinement. Je recommande les produits TIMAC parce que ce sont des produits à valeur ajoutée qui donnent d’excellents résultats, c’est pourquoi nous avons confiance en eux. Plus nous soignons nos terres, plus les résultats sont importants » ajoute Rafael Tolotti.

Concours du Rendement Maximal de Soja

Le Concours du Rendement Maximal de Soja est organisé par le Comité Stratégique Soja Brésil (CESB), considéré comme l’une des références techniques majeures pour améliorer les rendements. Le résultat de cette édition, qui concerne la récolte 2018/2019, a été officiellement annoncé lors de la fête qui s’est tenue à Londrina (PR/BR) au mois de juin.

Le Comité Stratégique Soja Brésil est une entité à but non lucratif, formée de professionnels et de chercheurs de différents domaines, qui se sont réunis pour travailler stratégiquement et utiliser les connaissances acquises dans leurs métiers respectifs afin de développer la culture nationale du soja.

Le principal produit du CESB est le concours du rendement maximal. Depuis 2008 des centaines de participants s’y sont inscrits dans le but d’atteindre l’objectif de plus de 80 sacs à l’hectare (4,8 t/ha). Toutes les connaissances et les techniques acquises par le Comité à chaque concours sont mises à la disposition des producteurs.

09.08

TIMAC AGRO Italia s’engage dans le programme «One planet handle with care» des Nations Unies

TIMAC AGRO Italia participe à un projet SCP (Sustainable Consumption and Production) auprès des producteurs... Voir l'article

TIMAC AGRO Italia participe à un projet SCP (Sustainable Consumption and Production) auprès des producteurs de betteraves. L’objectif est de développer des solutions innovantes afin d’améliorer le rendement en sucre extractible. La première étape se déroulera au CMI Roullier, où une technologie adaptée sera conçue afin d’améliorer la nutrition de la betterave à sucre. La deuxième action s’attachera à étudier la durabilité des systèmes agricoles face aux aléas climatiques.

Plusieurs objectifs répondent à ces recherches : aider le secteur à atteindre les objectifs de développement durable, être compétitif sur le plan économique et améliorer la santé des sociétés italiennes et européennes.

26.07

La filière de la vigne au Portugal

Nos  ATC  sont  présents  dans  29  des  93  pays  producteurs de  vin,  soit  sur  presque ... Voir l'article

Nos  ATC  sont  présents  dans  29  des  93  pays  producteurs de  vin,  soit  sur  presque  70%  du  vignoble  mondial.  Avec l’acquisition de la société viticole Falua par notre filiale VITAS Portugal, TIMAC AGRO active un levier de croissance dans la région du Tejo.

Notre stratégie commerciale mise sur la qualité

Avec l’acquisition de la société Falua, VITAS offre une  vitrine  à  l’expertise de nos équipes et à l’efficacité de nos produits de fertilisation viticole. Nos ATC sont fiers d’accompagner la montée en gamme du vin portugais.

Falua en chiffres

  • 22 salariés
  • 68 ha de vignes
  • 4,2 millions de bouteilles /an
  • 20 vins (blanc, rouge, rosé et pétillant)
  • 54% de la production à l’export

Falua : un millésime en or pour notre image de marque

ViniPortugal  (Organisation Inter-professionnelle du Vin du Portugal qui gère la marque «Wines  of  Portugal» présente sur 4 continents et 14 marchés stratégiques) organise chaque année le Concours Vins de Portugal.

Lors  de  l’édition  2018,  le  vin  «Conde  Vimioso  Reserva  Tinto,  2014»  de Falua a remporté l’une des 36 médailles Grand Or.

12.07

La technologie Top-Phos récompensée au Canada

TIMAC AGRO Canada fait partie des lauréats 2019 du « Harvest Program », un concours... Voir l'article

TIMAC AGRO Canada fait partie des lauréats 2019 du « Harvest Program », un concours international organisé en Saskatchewan, principale province agricole du Canada, qui vise à souligner les innovations et les technologies susceptibles d’améliorer les rendements et les pratiques agricoles de demain.

C’est la technologie Top-Phos qui permet à notre filiale de s’imposer et de se voir offrir une vitrine exceptionnelle lors de l’événement Ag in Motion – le plus grand rassemblement agricole de l’Ouest Canadien (320 hectares – 50 000 participants) qui se déroulera du 16 au 18 juillet.

S’imposer dans l’ouest Canadien grâce à nos innovations

Organisé par l’Agence de Développement Économique de Saskatoon (SREDA), le « Harvest Program » s’adresse aux entreprises innovantes dont les technologies peuvent contribuer à l’amélioration des rendements et des pratiques agricoles de la  Saskatchewan. Cette province aussi appelée « le Grenier du Canada » recense 34 000 producteurs agricoles qui cultivent 14 millions d’hectares, principalement sur le blé et le canola (une plante de la famille du colza). Le potentiel de ce marché représente 3.5 millions de tonnes sur les 8 millions de tonnes du marché canadien.

Ce prix du Harvest Program répond aux objectifs que nous nous étions fixés pour l’an 1 de notre plan de développement stratégique pour le Canada. Dans ce marché énorme dans lequel TIMAC AGRO n’est pas connu, il s’agissait de faire valoir auprès de référents canadiens nos réussites à l’international afin de venir adosser à nos innovations une visibilité et une crédibilité technique au niveau local. Cette démarche nous donne un momentum certain pour transposer les résultats sur le terrain, au travers notamment d’investissements commerciaux et industriels  – note Simon Jolette-Riopel, Directeur-Général de TIMAC AGRO au Canada.

 

En effet, le prix constitue une belle reconnaissance pour TIMAC AGRO, puisque c’est un comité composé de membres d’instituts de recherche, du ministère fédéral de l’agriculture, du ministère provincial de l’agriculture et des parties prenantes de l’industrie qui ont sélectionné la filiale parmi 24 candidatures provenant de huit pays.

Démontrer sur le terrain la valeur ajoutée de nos produits

Le dossier de candidature a été préparé en collaboration avec le Centre Mondial de l’Innovation Roullier et le Dr. José Maria Garcia-Mina, Professeur de l’Université de Navarre. Ce dossier a séduit le comité de sélection pour son caractère innovateur et le potentiel de développement de la technologie Top-Phos dans un marché où 80% des sols sont alcalins.

En parallèle à cette démarche, des protocoles de démonstrations sur le Top-Phos ont été mis en place par le CMI et la filiale canadienne en début d’année en Saskatchewan. L’objectif est de démontrer la valeur ajoutée de la technologie Top-Phos sur le canola, en plus d’étudier l’impact favorable de nos biostimulants sur les territoires canadiens qui sont le plus assujettis aux stress climatiques (froid, sécheresse, etc.)

La technologie Top-Phos se démarque

Top-Phos est une spécificité qui permet de protéger le Phosphore dans le sol contre les phénomènes adverses de blocage au champ. Grâce au Top-Phos, la disponibilité du Phosphore est améliorée dans les sols acides et alcalins.

04.07

Vitas noue d’étroites relations avec des Experts viticoles  

Un visiteur de taille a récemment été accueilli au Centre Mondial de l’Innovation Roullier. Notre distributeur Tunisien... Voir l'article

Un visiteur de taille a récemment été accueilli au Centre Mondial de l’Innovation Roullier. Notre distributeur Tunisien SEPCM est venu accompagné de Belgacem D’Khili, son client de référence dans le domaine viticole. Organisées du 27 au 29 mai 2019, ces rencontres ont commencé en Loire-Atlantique, avant de se poursuivre à Saint-Malo. Elles visent à développer la présence du Groupe Roullier sur le secteur de la vigne et dans l’expertise de la viticulture.

Filiale du Groupe Roullier spécialisée dans les produits adaptés à chaque pays dans les domaines de la Nutrition Végétale, Vitas commercialise directement la gamme Agrofourniture du Groupe Roullier sur des pays où il n’existe pas de filiales. Pour ce faire, elle travaille avec des distributeurs et des importateurs exclusifs par pays. Les principaux territoires concernés sont la Tunisie, la Jordanie, le Liban et l’Arabie Saoudite. Vitas œuvre essentiellement sur le marché des hydrosolubles et de la fertirrigation.

Vitas a accueilli en mai dernier un client de notre Distributeur SEPCM (Groupe Doghri), basé à Tunis. Cette invitation a également été organisée par les Experts du Centre Mondial de l’Innovation Roullier spécialisés en culture de la vigne, Marie Le Néouanic, et en recherche, Mustapha ArkounŒnologue diplômé de l’université de Montpellier et Docteur en Sciences Agronomiques, Belgacem D’Khili est également expert viticole international en charge des intérêts du Groupe Castel en Tunisie. Ce spécialiste gère actuellement une exploitation de 1100 ha, dont 240 ha de vigne. Le domaine est situé à JENDOUBA , au nordouest de la Tunisie. Lors de sa visite il était accompagné de Chebil Mehrez, Directeur Général SEPCM 

De Nantes à Saint-Malo : une rencontre en plusieurs étapes

Si le Centre Mondial de l’Innovation Roullier fut la dernière étape de ces journées dédiées au domaine viticole, tout a commencé le 27 mai 2019 à Nantes, où une rencontre avec Hervé Valette, Directeur Général de la Coopérative des Maraîchers Nantais et Viticulteur, a été organisée. L’occasion pour ces professionnels expérimentés d’échanger sur un sujet qui les rassemble.  

La seconde étape pour notre distributeur et son client fut celle de la visite du domaine des Herbauges, en LoireAtlantique. Ce vignoble de 120 ha est situé au cœur du vignoble du Muscadet et exporte chaque année 900 000 bouteilles, dont 80% à destination des États-Unis et du Royaume-Uni.  

Le 29 mai fut la dernière étape avec la visite du Centre Mondial de l’Innovation Roullier. Nos visiteurs ont pu assister à une formation, présentée par Marie Le Néouanicsur l’approche de la fertilisation. Belgacem D’Khili quant à lui pu échanger sur les parcours techniques du vignoble Tunisien. Les Experts du Centre Mondial de l’Innovation Roullier ont également présentés les applications liées aux engrais solides et aux biostimulants dans le secteur viticole.  

« La visite s’est très bien passée et Vitas devrait pouvoir développer ses ventes sur les marchés de spécialités en Tunisie. » Charles LAFAURIE, Responsable Export Afrique et Moyen-Orient.

Accroître notre présence sur le secteur de la vigne

Le sujet principal au cœur de ces rencontres fut l’approche du Groupe Roullier en matière de Nutrition de la vigne dans des conditions difficiles. 

Ces rencontres et les échanges qui en ont découlés ont été fructueux et vont donner lieu à l’application de notre plan de fertilisation sur le domaine de Belgacem D’Khili, tant sur la vigne que sur les agrumes et les oliviers. Des essais seront également menés afin de comparer les approches cultures tunisiennes habituelles et celles de Vitas. Les essais iront jusqu’au stade organoleptique car Belgacem D’Khili est également expert international en huile d’olive et participe à ce titre à de nombreux jurys en France et dans le monde.  

Recevoir le seul détenteur tunisien du mérite agricole français est un honneur et permettra de développer la présence des produits du Groupe Roullier sur le secteur de la vigne. Un tel partenaire est un atout majeur qui nous permettra d’accroître notre investissement sur ce secteur.  

À savoir que nous sommes présents sur les exploitations viticoles en France, en Italie et au Portugal, où les parts du marché dans ces pays sont très importantes. 

13.06

Interview – Aurélien Claeys, Directeur Régional pour TIMAC AGRO BeLux

Aurélien CLAEYS, vous êtes aujourd’hui Directeur Régional pour TIMAC AGRO BeLux . Qu’est-ce qui a... Voir l'article

Aurélien CLAEYS, vous êtes aujourd’hui Directeur Régional pour TIMAC AGRO BeLux . Qu’est-ce qui a suscité votre intérêt pour l’IBL Program ?  
Il y a principalement deux choses que j’identifie. La première est l’opportunité de rejoindre un Groupe qui œuvre pour une agriculture durable et de précision. Son empreinte industrielle et ses possibilités de développement sont grandes. Travailler pour une entreprise reconnue dans son domaine est une chance et l’IBL Program nous permet de la saisir.
La deuxième chose est la qualité du programme en lui-même. Intégrer une filiale avec un niveau de responsabilité élevé en étant coaché au siège mais également sur le terrain est un atout de taille.

Quelle est la plus grande force de l’IBL Program ?
La grande force est le fait que nous apprenons en faisant. Nous sommes intégrés au cœur d’une filiale commerciale, en occupant la fonction de Directeur de Région, qui fonctionne avec des experts locaux, disponibles pour nous faire évoluer aux contacts des agriculteurs, des représentants technico-commerciaux et des distributeurs. On nous laisse faire nos preuves progressivement avec des appuis importants.

Qu’avez-vous retenu des semaines de formations pratiques à Saint-Malo ? 
Elles m’ont avant tout permis de découvrir le Centre Mondial de l’Innovation Roullier et j’ai été très impressionné. Un centre d’innovation dédié au monde de la Nutrition Animale et Végétale est unique. Outre la chance d’accéder à ce lieu exceptionnel dans le monde de l’Agrofourniture, je retiens de ces semaines de formations le contact humain crée avec les autres participants et la possibilité de pouvoir échanger sur des sujets qui font notre quotidien. Nous sommes confrontés aux mêmes difficultés et avoir ce réseau m’est cher.
Il y a donc un encadrement à trois niveaux : le formel avec la théorie et les formations pratiques qui sont pour moi essentielles, le local avec les actions que nous devons mettre en place sur le terrain, puis le naturel. Le « naturel » correspond au lien que nous tissons avec l’équipe. Nous pouvons discuter ensemble de manière informelle et c’est une richesse.

«  J’ai toujours souhaité obtenir un poste avec un bilan à défendre et des responsabilités.» 

Des experts accompagnent les candidats, pouvez-vous nous parler du vôtre ?
Je travaille avec Alain Gaupin, Directeur commercial que j’estime particulièrement. Je le considère non seulement pour sa crédibilité professionnelle et sa longue histoire dans l’entreprise, mais également pour sa passion qu’il sait transmettre. Ce genre de personne vous entraîne dans cet amour du métier. J’aime apprendre à ses côtés et une fois de plus, c’est une possibilité qu’offre ce programme : pouvoir évoluer aux côtés de personnes qui ont prouvé leurs compétences et se font le relais des générations à venir.

Vous arrivez au terme des 15 mois de l’IBL Program, quel bilan dressez-vous de cette expérience ? 
Grâce à cette expérience, j’ai pu prendre conscience de la réalité du terrain et de ce qu’est TIMAC AGRO en Belgique et dans d’autres filiales en Europe. Dès les premiers mois j’ai pu prendre part à la stratégie de la filiale et comprendre le fonctionnement de l’intérieur. J’ai toujours souhaité obtenir un poste avec un bilan à défendre et des responsabilités. Ce qui est le cas aujourd’hui. Le bilan est donc très positif, puisque je me réalise à travers cette expérience.

Quels sont vos prochains challenges à relever
Dans quelques mois j’aurai l’immense opportunité d’accompagner le développement de deux pays, la Lettonie et la Lituanie, en tant que Patron de Zone. Cette nouvelle responsabilité est pour moi un excitant challenge que j’ai hâte de relever. Encore une fois, cela ne fait qu’attester le dynamisme de TIMAC AGRO et l’impact de l’IBL Program.

 

EN SAVOIR PLUS & POSTULER

 

12.06

Nos ATC fertilisent le Sahara algérien

Grâce aux nouvelles technologies d’irrigation et à l’arrivée massive d’investisseurs, l’agriculture saharienne d’Algérie explose. En... Voir l'article

Grâce aux nouvelles technologies d’irrigation et à l’arrivée massive d’investisseurs, l’agriculture saharienne d’Algérie explose. En dix ans, la taille moyenne des exploitations de cette région est passée de 5 à 100 hectares. Grâce à nos ATC TIMAC AGRO Algérie, faire pousser du blé du maïs et des pastèques dans le désert n’est plus un mirage !

Notre champ d’action : 20 000 ha de cultures

Nos ATC TIMAC AGRO Algérie interviennent sur une zone de 12 000 ha de blé dur, 5 000 ha de maïs ensilage et 3 000 ha de pastèques. Les cultures intensives, où nos techniques, produits et plans de fertirrigation sont appliqués, obtiennent des résultats probants. Les conseils de nos ATC sur la culture de la pastèque garantissent la qualité et la durabilité du fruit. Les agriculteurs apprécient, notamment, une réduction des pertes lors de sa conservation en chambres froides et au cours de son transport vers les zones commerciales du nord du pays.
« Nous programmons rigoureusement nos déplacements : dans le Sud algérien, de grandes distances séparent les exploitations. Nous voulons être disponibles pour suivre efficacement
les cultures parce que dans le désert, l’agriculture produit deux récoltes par an sur les mêmes parcelles ! Après une première moisson de blé dur en mai, nous accompagnons le semis du maïs ensilage d’été, récolté en novembre. »
Bachir Zahouani, ATC dans les régions de Ghardaïa et Ouargla, Algér.

Du sable, de l’eau, des biostimulants

Nos ATC locaux connaissent l’austérité du désert : son sol (sablonneux) est un simple substrat pour les cultures. Les biostimulants sont donc indispensables dans cette région au climat hostile (fortes températures en été/gelées hivernales). Tous les nutriments de la plante doivent lui être apportés, soit au sol avec des engrais solides, soit par fertirrigation, avec des engrais hydrosolubles. Nos ATC conseillent aux agriculteurs jusqu’à 5 applications différentes de biostimulants sur le maïs ensilage ou sur le blé dur.