12.06

Grâce aux nouvelles technologies d’irrigation et à l’arrivée massive d’investisseurs, l’agriculture saharienne d’Algérie explose. En dix ans, la taille moyenne des exploitations de cette région est passée de 5 à 100 hectares. Grâce à nos ATC TIMAC AGRO Algérie, faire pousser du blé du maïs et des pastèques dans le désert n’est plus un mirage !

Notre champ d’action : 20 000 ha de cultures

Nos ATC TIMAC AGRO Algérie interviennent sur une zone de 12 000 ha de blé dur, 5 000 ha de maïs ensilage et 3 000 ha de pastèques. Les cultures intensives, où nos techniques, produits et plans de fertirrigation sont appliqués, obtiennent des résultats probants. Les conseils de nos ATC sur la culture de la pastèque garantissent la qualité et la durabilité du fruit. Les agriculteurs apprécient, notamment, une réduction des pertes lors de sa conservation en chambres froides et au cours de son transport vers les zones commerciales du nord du pays.
« Nous programmons rigoureusement nos déplacements : dans le Sud algérien, de grandes distances séparent les exploitations. Nous voulons être disponibles pour suivre efficacement
les cultures parce que dans le désert, l’agriculture produit deux récoltes par an sur les mêmes parcelles ! Après une première moisson de blé dur en mai, nous accompagnons le semis du maïs ensilage d’été, récolté en novembre. »
Bachir Zahouani, ATC dans les régions de Ghardaïa et Ouargla, Algér.

Du sable, de l’eau, des biostimulants

Nos ATC locaux connaissent l’austérité du désert : son sol (sablonneux) est un simple substrat pour les cultures. Les biostimulants sont donc indispensables dans cette région au climat hostile (fortes températures en été/gelées hivernales). Tous les nutriments de la plante doivent lui être apportés, soit au sol avec des engrais solides, soit par fertirrigation, avec des engrais hydrosolubles. Nos ATC conseillent aux agriculteurs jusqu’à 5 applications différentes de biostimulants sur le maïs ensilage ou sur le blé dur.